En janvier 2004, la commission spécialisée pour la déficience mentale de la Direction générale de l’action sociale a établi un rapport sur les besoins en soutien des enfants handicapés de 0-4 ans. La conclusion a été que les structures existantes étaient suffisantes moyennant un élargissement des mandats et une adaptation des moyens.

Pourtant ces dernières années, les associations Cerebral et insieme-Genève, ont été contactées par de nombreuses familles membres afin de trouver des solutions pour assurer un soutien à domicile pour leur fille/fils de manière ponctuelle ou régulière.

En effet, le temps de prise en charge offert par les structures existantes (crèches, garderies, mamans de jour, service d’aide à domicile, etc.) est limité et le problème de garde subsiste le soir, la nuit, voire les week-ends.

Passée la période de l’enfance, les mêmes problématiques se poursuivent à l’adolescence et à l’âge adulte. En effet, la responsabilité des parents d’une personne handicapée perdure souvent durant toutes les étapes de la vie de leur enfant.

En juin 2007, à l’initiative d’une maman membre de ces deux associations, un groupe de réflexion «service de relève» composé de représentants de Cerebral Genève, insieme-Genève et Pro infirmis Genève a été mis sur pied afin de faire le point sur les besoins en matière de relève des parents s’occupant à domicile d’une personne en situation de handicap.

En septembre 2007, un questionnaire d’évaluation du besoin de relève a donc été envoyé aux familles membres des associations Cerebral et insieme-Genève.

En décembre 2007, les réponses reçues confirment que les différents services existant sur le canton de Genève répondent insuffisamment aux besoins de base des parents. La possibilité d’avoir une solution de relève qui va leur permettre de ne pas s’épuiser et de préserver une qualité de vie familiale manque.

Suite à ces constatations, le groupe de réflexion a donc tout mis en œuvre afin de mettre en place le Service genevois de relève de parents de personnes handicapées, opérationnel dès le 1er septembre 2008.

Dès lors, la coordinatrice du Service de relève et le groupe de pilotage, qui a pris le relais du groupe de réflexion et qui est constitué d’un membre de chacune des trois associations partenaires, se réunissent plusieurs fois par année afin de gérer le fonctionnement du Service.

Donateurs

En terme de financement, outre une subvention accordée par l’OFAS à travers un contrat de sous-prestation avec Pro Infirmis Suisse, l’existence du Service repose toujours sur des dons privés.